Entre mes mains le bonheur se faufile • Agnès Martin-Lugand

emmlbsfcouv

Genre : Roman Contemporain
Date de parution : 5 juin 2014
Éditeurs : Michel Lafon – Libra Difusio

résuméimage

Depuis l’enfance, Iris a une passion pour la couture. Dessiner des modèles, leur donner vie par la magie du fil et de l’aiguille, voilà ce qui la rend heureuse. Mais ses parents n’ont toujours vu dans ses ambitions qu’un caprice : les chiffons, ce n’est pas « convenable ». Et Iris, la mort dans l’âme, s’est résignée.

Aujourd’hui, la jeune femme étouffe dans son carcan de province, son mari la délaisse, sa vie semble s’être arrêtée. Mais une révélation va pousser Iris à reprendre en main son destin. Dans le tourbillon de Paris, elle va courir le risque de s’ouvrir au monde et faire la rencontre de Marthe, égérie et mentor, troublante et autoritaire…

Portrait d’une femme en quête de son identité, ce roman nous entraîne dans une aventure diabolique dont, comme son héroïne, le lecteur a du mal à se libérer.

extraitimage

Je m’approchai de ma machine et retirai le tissu qui la camouflait. Ma machine à coudre et moi… J’imaginais que c’était le même lien qui unissait un musicien à son instrument. Mon piano, ma guitare, c’était ma Singer. Aujourd’hui, je comptais sur elle, l’enjeu était énorme. Elle allait bien, c’était tant mieux. J’avais les mains moites, et mon cœur s’emballait. Je n’avais pas droit à l’erreur. J’avais déjà réfléchi à l’ouvrage que je souhaitais envoyer pour postuler. J’avais croqué une robe bicolore noir et turquoise, d’inspiration Courrèges, avec un col rond mis en valeur par une surpiqûre, des manches courtes et une martingale.
Tout était en place, la pédale sous mon pied et le tissu entre mes mains. Première opération, l’allumer ; la lumière fut. Deuxième opération, vérifier la canette ; en place et remplie. Troisième opération, glisser mon tissu sous l’aiguille et rabattre le pied presseur ; aucune résistance. Plus qu’un geste, et c’était reparti.

monavisimage

Après le beau coup de cœur que j’ai eu pour Les gens heureux lisent et boivent du café et La vie es facile, ne t’inquiète pas, il était impératif pour moi de découvrir un autre roman d’Agnès Martin-Lugand. Et encore une fois, je n’ai pas été déçue par ce roman.

L’histoire commence avec Iris qui se rend compte que son quotidien ne l’épanouit pas, sa vie amoureuse et professionnelle l’étouffe un peu plus chaque jour. Après une révélation sur son passé, un véritable déclic se met en place en elle. Elle décide alors de quitter son emploi et de reprendre sa vie en main et de réaliser son plus vieux rêve : devenir couturière. Elle déménage alors à Paris pour y suivre une formation, c’est dans cette ville qui sa vie va être totalement bouleversée, et où elle va remettre toutes ses certitudes en questions.

Une fois encore, l’écrivaine a su mettre en valeur une héroïne tellement touchante. Iris est une femme courageuse, intelligente, modeste et indépendante. Comme dans les autres romans, j’ai été particulièrement touchée par cette femme qui poursuit son rêve et s’épanouit progressivement dans sa nouvelle vie. Mais Iris n’est pas le seul personnage intéressant dans ce récit, Marthe (son mentor) est une femme puissante qui évolue dans un monde parisien extrêmement élitiste, et va faire d’Iris son poulain. Cette femme incarne la beauté, l’élégance des grandes classes mais aussi la puissance et le mystère. Dès le début du roman, Marthe est un personnage difficile à cerner et on se pose énormément de questions sur ses actions. Quant au personnage de Gabriel, lui aussi représente un très grand mystère, il est charmeur et séduisant et attire irrésistiblement notre talentueuse Iris. Ces deux derniers personnages apportent beaucoup au récit, ils imposent l’atmosphère mystérieuse à Iris, qui l’amène à se poser certaines questions sur cet univers qu’elle peine à appréhender.

C’est une histoire à première vue simple puisque notre héroïne vit une remise en question que tout le monde peut connaître. Mais Paris va venir complexifier un peu la situation, et rendre ce récit terriblement addictif. L’écriture simple et fluide d’Agnès Martin-Lugand nous emporte dans une histoire mystérieuse, intense et touchante. Cette intensité monte progressivement lors de la lecture, au fur et à mesure qu’on s’attache aux personnages et que nos incertitudes grandissent…

J’ai donc beaucoup aimé ce roman, que j’ai dévoré en quelques heures, pour son mystère et son intensité.

manoteimage

Une belle histoire d’une femme qui vit un épanouissement rapide et intense dans un univers parisien élitiste très mystérieux.

Etoiles

plume

Publicités

4 réflexions sur “Entre mes mains le bonheur se faufile • Agnès Martin-Lugand

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s