Dites aux loups que je suis chez moi • Carol Rifka Brunt

 

dalqjscm.jpg

Roman Contemporain Jeunesse
13 mai 2015
Buchet Chastel
496 pages

Prix littéraire des Chroniqueurs Web

résuméimage

Nous sommes au milieu des années 1980, aux États-Unis. June est une adolescente taciturne, écrasée par une sœur aînée histrionique et des parents aussi absents qu’ennuyeux. Depuis sa banlieue triste du New Jersey, elle rêve d’art et de son oncle Finn, un peintre new-yorkais reconnu. Mais Finn est très affaibli et meurt bientôt de cette maladie qu’on n’évoque qu’à demi-mot, le sida. Inconsolable, la jeune fille se lie d’amitié avec un homme étrange, Toby, qui se présente comme l’ami de Finn. Confrontée à l’incompréhension de son entourage, et à la réalité d’une maladie encore honteuse. June va brusquement basculer dans le monde des adultes et son hypocrisie.

extraitimage

Je suis restée à contempler mes pièces. Toutes les différentes nuances de rouge. Je pensais à Finn. Lui, il faisait ce qu’il voulait. Comme disait ma mère. Il n’a jamais laissé le tunnel l’écraser. Mais bon, le résultat était le même. Au bout du compte, ses propres choix l’avaient aussi réduit en miettes. Peut-être que Toby avait raison. Peut-être qu’on devait être mourant pour pouvoir enfin faire ce qu’on voulait.
J’ai continué à tripoter les pièces de puzzle pendant un moment, mais je n’avais pas de chance. Rien ne semblait s’imbriquer dans quoique ce soit sans de gros efforts préalables.
Puis cette pensée m’a traversé l’esprit : Et s’il suffisait de prendre conscience qu’on mourrait un jour ? Que rien ne durerait éternellement ? Est-ce que ce serait suffisant ?

monavisimage

J’ai mis un certain temps à lire ce roman, je l’ai commencé et d’abord dévoré, puis j’ai mis ma lecture en pause, pour la reprendre ensuite afin de savourer pleinement ce beau roman.

Ce roman évoque le sida comme il était connu dans les années 80, c’est-à-dire très mal compris. On va suivre ainsi June, une jeune adolescente, en plein deuil de son oncle Finn, et va devoir continuer à vivre sans la personne la plus importante dans sa vie. Elle va alors tenter de trouver un peu de Finn dans les gens qui l’entoure.

Je ne m’attendais pas à découvrir une histoire aussi touchante, une jolie histoire qui s’est confirmé au fil de ma lecture. Malgré certains passages un peu longs, je suis tombée sous le charme de June, le personnage central de ce roman, qui cherche désespérément à comprendre ses sentiments et les gens autour d’elle. J’ai aussi eu un faible pour Toby, l’ami de Finn, qui est un personnage terriblement admirable tant il est courageux et attachant.

Cette histoire repose en grande partie sur les relations entre les protagonistes et certaines de ces relations m’ont particulièrement touché. Évidemment celle qui existe entre Toby et June, une relation interdite et impossible mais qui s’avère, au fil du temps, extrêmement forte et bouleversante. J’ai aussi été fascinée par la relation entre June et Greta (sa sœur) qui reste longtemps un mystère tant elle est difficile à comprendre.

L’auteure a su créer une histoire merveilleuse avec des personnages très attachants, tout ça dans une plume sensiblement profonde et puissante.

manoteimage

Un roman touchant qui a su m’envouter.

Etoiles

16/20

plume

Publicités

Une réflexion sur “Dites aux loups que je suis chez moi • Carol Rifka Brunt

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s