Bluebird • Tristan Koëgel

img_20161116_141732

Roman Jeunesse
Didier Jeunesse

314 pages

Prix littéraire des Chroniqueurs Web

résuméimage

Elwyn est fils d’immigrés irlandais, Minnie, fille d’un chanteur itinérant noir. Ils se rencontrent dans une plantation, et tombent amoureux. Ils ont 13 ans, et ne savent pas que leur vie est sur le point de basculer. Quelques jours plus tard, en effet, Minnie assiste au passage à tabac de son père par des hommes du Ku Klux Klan. Effondrée, elle saute dans le premier train, en partance pour Chicago.

extraitimage

Quelques heures plus tard, nous étions dans le camion de Silas pour une de ces rondes qu’il appelait « la chasse aux lapins noirs ». C’est lui qui conduisait. Manus était à l’avant, il résistait comme il le pouvait à l’envie de lui enfoncer son poing dans la mâchoire. Il restait silencieux devant les sifflements du vieux serpents qui se moquait des ouvriers comme il aimait le faire. Elwyn, à côté de lui, empêchait la colère de son père d’éclater par sa présence. moi, j’étais à l’arrière avec le chien. De temps en temps, Silas lançait des coups d’œil dans le rétroviseur, il surveillait ses toutous.
« Les voilà, ces nègres ! Vous entendez cette musique de sauvages ? Je ne peux plus supporter ça ! »

monavisimage

Une fois encore, j’ai lu ce livre dans le cadre du Prix littéraire des Chroniqueurs Web, un roman nominé dans la catégorie jeunesse / Young Adult. Et cette lecture fut une très jolie découverte…

Dès les premières pages, j’ai été transporté dans cette histoire. Ce roman évoque la ségrégation raciale et l’esclavage dans le Sud des États-Unis dans une écriture profonde, touchante et tellement réaliste. J’ai particulièrement aimé le changement de point de vue des différents personnages tous plus attachants les uns des autres. Ce roman m’a fait voyagé dans le temps et dans l’espace, on ressent totalement l’ambiance tendue et divisée de cette époque américaine.

C’est une histoire bouleversante qui met en évidence une violence omniprésente et une réalité cauchemardesque. Cependant, ce quotidien emplit de terreur est adoucit par les rythmes de blues, une musique que j’ai ressenti tout au long de ma lecture et qui m’a fait vibré. C’est sûrement la première fois que je parviens à imaginer et ressentir des mélodies clairement évoquées.

C’était pour moi un charmant voyage en compagnie de ces personnages persécutés dans  une époque terrifiante et injuste…

manoteimage

Etoiles16/20

plume

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s