Vous n’aurez pas ma haine • Antoine Leiris

img_20170211_235459

Témoignage
30 Mars 2016
139 pages
Éditions Fayard

résuméimage

Antoine Leiris a perdu sa femme, Hélène Muyal-Leiris, le 13 novembre dernier assassinée au Bataclan. Alors que le pays était endeuillé, à la recherche de mots pour dire l’horreur, il publiait sur les réseaux sociaux une lettre destinée aux terroristes intitulée Vous n’aurez pas ma haine. Dans celle-ci, il promettait à ces « âmes mortes » de ne pas leur accorder sa haine ni celle de leur fils de dix-sept mois, Melvil. Son message fait le tour du monde. Accablé par la perte, Antoine Leiris, journaliste de 34 ans, n’a qu’une arme : sa plume. L’horreur, le manque et le deuil ont bouleversé sa vie. Mais, à l’image de la lueur d’espoir et de douceur que fut sa lettre, il nous dit que malgré tout, la vie doit continuer. C’est ce quotidien, meurtri mais tendre, entre un père et son fils, qu’il nous offre dans ce témoignage poignant.

extraitimage

« Vous êtes en sécurité ? »

Comment ça « en sécurité » ? Je pose le livre, me précipite dans le salon sur la pointe des pieds. Il ne faut pas réveiller bébé. J’attrape la télécommande, la boîte à horreurs met un temps fou à s’allumer. Attentat au Stade de France. Les images ne disent rien. Je pense à Hélène. L’appeler, lui dire qu’il serait plus prudent de prendre un taxi pour rentrer. Mais il y a autre chose. Dans les couloirs du stade, certains sont figés devant un écran. Je ne découvre les images qu’au travers de leurs visages. Ils semblent effarés. Ils perçoivent quelque chose que je ne vois pas. Pas encore. Puis, en bas de mon écran, le bandeau qui défile trop vite s’arrête soudain. La fi de l’innocence.

« Attentat au Bataclan. »

Coupure son. Je n’entends plus dans ma poitrine que mon cœur qui tente de s’échapper. Ces deux mots résonnent dans ma tête comme un écho qui semble ne jamais vouloir se terminer. Une seconde comme une année. une année de silence, plantée là, dans mon canapé. Ce doit être une erreur. Je vérifie que c’est là qu’elle est allée, je peux me tromper, avoir oublié. Le concert est bien au Bataclan. Hélène est au Bataclan.

monavisimage

Je n’oublierai jamais cette nuit terrible. Jamais, je ne pourrais oublier ce vendredi 13 novembre, maudit, qui a brisé tant de vies. Antoine Leiris, à travers ce récit si touchant, nous livre son ressenti et son quotidien après la mort de sa femme au Bataclan. Il partage avec le lecteur sa vie de papa, qu’il vit désormais seul avec son fils âgé de 17 mois.

Antoine Leiris se confie, tout en justesse et délicatesse, sur l’horreur de cette nuit qui a fait basculé sa vie du jour au lendemain. Sa vie de papa est mise en avant, mais également son tout nouveau rôle de maman qu’il lui a été subitement imposé. Ce qui m’a le plus tendrement touché est finalement cette symbiose existante entre cet homme et son fils, Melvil, un amour qui va les aider à surmonter une épreuve que personne ne devrait connaître.

Ce récit est un combat personnel, un combat pour son fils qu’il mène discrètement, tout en subtilité mais avec une force qui ne peut que rendre admiratif le lecteur. La fameuse lettre écrite en utilisant la voix de Melvil est saisissante, bouleversante, mais aussi tellement juste. La force d’Antoine Leiris prend de l’ampleur par cette lettre, on y voit clairement sa volonté de poursuivre sa vie, de ne pas ressentir une quelconque haine envers ces individus qui lui ont tant volé. Mais surtout, il ne laissera pas son fils grandir dans un sentiment de tristesse perpétuel provoqué par ce 13 novembre. Il sera heureux, profitera de ce que la vie a à lui offrir, il connaîtra le bonheur malgré tout.

Un récit poignant, terrifiant de sincérité mais qui laisse une belle lueur d’espoir sur ce que peut offrir le monde, un cadeau précieux : vivre.

manoteimage

 Un livre à découvrir absolument…

Etoiles 5

18/20

plume

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s